Soutenons notre Église

Denier de l’Église
Et si on en parlait?

 

Différemment d’un don à une œuvre humaine, si louable soit elle, le don à l’Eglise participe de notre foi et de notre appartenance à la communauté des croyants. Notre participation au Denier est davantage une contribution (c’est-à-dire l’apport de notre part). C’est parce que nous sommes de l’Eglise, par notre baptême, que nous contribuons à sa mission en apportant le fruit de notre travail : une part financière de nos revenus.

 » le don à l’Eglise participe de notre foi
et de notre appartenance à la communauté des croyants « 

Nous comprenons alors aisément que le Denier revêt une dimension pastorale en ce qu’il permet l’annonce de la Bonne Nouvelle, mais également spirituelle parce qu’il nous interroge sur notre relation au Père de qui vient « tout don parfait » (Jacques 1,17). Le Christ a tout donné, il nous appartient de répondre, et notre Denier est une réponse au don que Dieu nous fait, en reconnaissance : « nous rendons grâce à Dieu ».

La question du combien apparait alors ? Les conseils ne manquent pas en la matière (une journée de travail, un pourcentage…). Il me semble que l’essentiel est d’entrer dans cet échange financier ancré dans une relation spirituelle : rendre au Seigneur la part qui lui revient, assuré, dans la foi, qu’Il nous rendra ce qui est nécessaire. Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît (Matthieu 6,33).

Jean-François DELABY,
économe diocésain de Lille