Interview du père Grégory Watine

Le confinement a été l’occasion de créer des liens forts avec la communauté « numérique », mais maintenant que les restrictions s’allègent est-il important de retourner dans les Églises ?

Pour beaucoup de paroisses, les outils numériques ont été mis en place d’abord pour maintenir les liens entre la communauté. La communauté paroissiale les a d’ailleurs plébiscités pour cette raison. Elle a tout de suite été très présente, tellement heureuse de pouvoir se retrouver et partager en ce temps de confinement. C’est cela qui a convaincu les plus sceptiques. Ils affirmaient avec raison que les moyens pour notre vie spirituelle étaient disponibles : prière personnelle, messe à la télévision, lecture, communautés religieuses proposant prière et formation en ligne, … Mais ce qui manquait à beaucoup pour leur chemin de foi, c’est la présence des frères pour aller à Dieu. C’est pour cela que nous avons utilisé les outils numériques.

Ensuite seulement, nous nous sommes rendu compte de la visibilité qu’offraient les réseaux sociaux. Des chrétiens d’autres paroisses, des personnes plus éloignées de l’Eglise se sont retrouvés sur nos propositions. Ce que nous avions de spécifique à leur présenter, c’est la prière d’une communauté locale. Avec la fin du confinement, c’est cela que nous avons à offrir : une communauté fraternelle qui conduit au Père. Nous pouvons continuer à former en ligne, à donner à voir ce qui nous anime. Mais ce qui compte et ce qui nourrit vraiment, c’est d’y participer. Depuis que nous avons pu reprendre le rassemblement dominical, beaucoup nous le disent. Le confinement nous a vraiment aidé à prendre conscience de la nécessité de la communauté pour avancer sur notre chemin spirituel.

Pourquoi l’eucharistie doit-elle être au coeur de nos vies ?

L’Eucharistie est au cœur de notre vie, car elle est le cœur de notre foi. Elle nous donne le plus grand trésor : le Christ lui-même qui s’offre en nourriture, pain pour notre route, pain de la Vie, remède pour la vie éternelle. Elle célèbre le plus grand mystère : celui de Pâques, celui du Christ victorieux de la mort. Elle actualise ce qui nous est le plus nécessaire : l’amour rédempteur du Christ pour nous, dans l’offrande libre qu’il fait de sa vie sur la croix.

L’Eucharistie est au cœur de notre vie, car elle nous fait participer à ce grand mystère. Elle n’en est pas qu’un souvenir. Elle ne nous laisse pas spectateur. Elle en est l’œuvre agissante pour nous. Elle est don d’amour qui nous libère du mal. Elle est communion qui fait de nous son Corps, qui fait de nous l’Eglise. Elle est action de grâce qui nous apprend à faire de nos vies une action de grâce. Elle est source et sommet de toute notre vie chrétienne.

 

Et maintenant, comment continuer à rester proche de la communauté numérique?

Voilà un beau défi : celui de maintenir une présence qualitative sur les réseaux. Ce que nous avons à offrir de spécifique, c’est le témoignage de ce que permet la vie d’une communauté catholique locale.

Rester proche de la communauté numérique est une vraie exigence pour la communauté réelle. Rechercher une visibilité accrue de notre vie paroissiale oblige à un témoignage toujours plus cohérent. Il s’agit de montrer ce qui nous anime pour donner envie d’y participer. Il s’agit que notre accueil soit à la hauteur de ce que nous présentons sur les réseaux !