Décès du cardinal Albert Vanhoye

 

Photo : Marc Girard – vaticannews.va

Le cardinal Albert Vanhoye est décédé. Né à Watten, dans notre diocèse de Lille, il y a 98 ans, il était devenu jésuite et très fin bibliste, professeur à l’Université Grégorienne de Rome, il avait publié de nombreux commentaires des Écritures. Il avait été distingué par le pape Benoît XVI qui l’avait créé Cardinal en 2006 en reconnaissance pour le travail fourni par la connaissance approfondie de la Bible : immense service rendu à l’Église, à la diffusion de la foi et du message biblique. Il avait été honoré à cette occasion à l’initiative de mon prédécesseur, Mgr Gérard DEFOIS qui avait été heureux de l’accueillir pour des cérémonies d’hommage et de reconnaissance.
Le diocèse de Lille est fier de le compter parmi ses fidèles au temps de sa jeunesse et de l’éclosion de sa vocation.
Nous rendons grâce pour une si belle vie de service et ne l’oublierons pas dans nos prières.

† Laurent ULRICH
Archevêque de Lille

 

Hommage

CARDINAL ALBERT VANHOYE (1923-2021)

Recevant dans ma mission, en 2006, le tout nouveau Cardinal Vanhoye à l’Institut Catholique de Lille, je fus touché de voir combien la Parole de Dieu était le cœur de sa vie de jésuite, de bibliste, de formateur de nombreuses générations. Benoit XVI venait de reconnaître en lui cette vie pétrie d’Ecriture Sainte. Albert Vanhoye avait déjà 82 ans. L’homme fuyait les honneurs. Il cherchait plutôt la lumière intérieure venue du dedans de la méditation biblique. Ce dedans dont parlait si bien Saint Augustin. Il demanda au Saint-Père d’être dispensé, pour son cardinalat, de l’ordination épiscopale. Nulle fioriture chez cet Hazebrouckois d’origine. Rigueur de l’étude et éveil au mystère ! Flamand dans sa pudeur. Ignatien dans sa spiritualité. Romain dans son service. Exégète dans sa conviction. Maître d’œuvre pour diriger des thèses ou des revues savantes. Ne cessant de plaider pour une lecture croyante de l’Ecriture que la science, (ô combien nécessaire), ne vienne dessécher spirituellement. La postérité retiendra d’Albert Vanhoye qu’il fut un défricheur de notre connaissance actuelle de l’Epitre aux Hébreux. Il n’aimait pas qu’on l’affuble du titre de spécialiste de cette Lettre biblique. Et pourtant, c’est bien lui qui nous ouvrit ce chemin : « Elle est vivante et efficace la Parole de Dieu, dit le chapitre 4 de cette Épître. Plus tranchante qu’une épée à deux tranchants. Pénétrante jusqu’à partager âme et esprit. Jointures et moelles. Discernant les sentiments et les pensées du cœur ! ». A notre société de l’éphémère, Albert Vanhoye atteste qu’une vie entière, (presque centenaire le concernant !) ne saurait suffire à se passionner au quotidien pour la vivifiante et divine Parole. Dieu en soit béni !

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde.