Vote final à l’Assemblée nationale

Vote de la loi bioéthique
un « échec » démocratique pour l’Église qui demande un moratoire

Mardi 29 juin en fin d’après-midi, l’Assemblée nationale a définitivement adopté à 326 voix contre 115 le projet de loi bioéthique.

 

La conférence des évêques de France, par la voix de Mgr d’Ornellas, demande un moratoire, suite au vote à l’Assemblée nationale de la loi bioéthique, autorisant notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.
“De façon claire, ce refus manifeste que deux manières de considérer l’être humain et sa dignité sont irréconciliables”.

Une loi bioéthique n’est jamais une loi comme les autres. Une loi qui touche les aspects fondamentaux de la condition humaine est une loi extrêmement importante.

Une start-up est très facile à construire, mais l’humanité n’est pas une start-up. L’humanité a besoin de temps, de temps pour mûrir une réflexion pour que collectivement nous puissions réfléchir sur l’être humain dans sa dimension sexuée, dans sa dimension de finitude.