Complément de dossier

Ils sont prêtre, diacre, mariés, religieux… et nous parlent de la mission de baptisé, de cet appel à vivre en chrétien.

Témoignage de Lionel Mallet, diacre

Tout chrétien est envoyé en mission le jour de son baptême. Comment ressentez-vous cet appel ?

Je le reçois comme une évidence qui a mis du temps à s’installer en moi. C’est un appel au témoignage. J’ai conscience d’avoir énormément reçu, et de continuer à recevoir, dans ma vie de foi. Je chemine beaucoup dans ma foi grâce aux témoignages de mon épouse, d’amis laïcs, de prêtres et diacres. Il est important de pouvoir, à mon tour, témoigner de ce que m’apporte la vie avec Jésus. Cela se fait à l’image de ce que je suis : discrètement, dans le quotidien de ma vie, avec ma famille, au travail, dans mes engagements et bien entendu dans mon ministère.

Comment reliez-vous cela au Christ ? 

Nous sommes le corps du Christ. À ce titre, chacun d’entre nous a sa mission à remplir, son appel qui lui est propre. Il est important d’avoir conscience que mon appel n’est pas celui de mon épouse, de mes amis, ni même celui de mes frères diacres. Il n’est pas mieux, ni moins bien. Il est celui qui correspond à ce que je suis. Trop souvent la tentation existe de vouloir « faire comme” untel qui est un excellent orateur et qui fait bouger les foules… “Faire comme” une telle qui a la capacité de parler de sa foi sans la moindre gêne. La vérité n’est pas là. Il faut réussir à discerner ce à quoi nous sommes appelés personnellement et à le vivre pleinement, intégralement.

Quel élan cela vous donne-t-il ? 

Un élan missionnaire, bien sûr. Il nous faut rejoindre les « périphéries » comme nous le demande le pape François. Nous ne devons pas cultiver « l’entre nous ». Le message du Christ doit être porté à tous, en tout lieu. Ce que nous annonçons n’est qu’une proposition à suivre le Christ, que chacun est libre d’accepter. Sans rien imposer, nous devons inviter largement.

Comment entendez-vous l’invitation du pape François à partir en mission ?

Avec joie. Avec la simplicité de langage dont il est coutumier, le pape nous invite sans cesse à la suite du Christ. Il ne le fait pas de manière péremptoire ni dogmatique. Il le fait simplement, directement, presque individuellement et cela n’en a que plus de force. Il ne fait pas peser de lourds fardeaux sur nos épaules mais nous rappelle ce à quoi nous sommes tous appelés. Il nous met en mouvement.