Restauration de l'église St Benoit Labre

  • Mise en ligne : 12/12/2017
St Benoit Labre

Entre tradition et modernité

L'église Saint Benoît Labre,

à Lille-Wazemmes,

vient de rouvrir après 2 ans de travaux

En 2015, le père Pierre Samain, curé de la paroisse Saint-Augustin, à Lille, fait appel à la commission diocésaine d’art sacré pour envisager le renouveau de l’église dédiée à saint Benoît-Joseph Labre : réfection du sol, remise en peinture, éclairage, restauration d’une partie des décors peints qui avaient été recouverts de blanc, l’aménagement liturgique. Nous avons pensé aussi à une création pour orner le mur du chœur.

Il restait donc quelques traces du décor réalisé par l’abbé Pruvost (il avait travaillé dans bon nombre d’églises du diocèse : Notre-Dame-de-Lourdes à La Madeleine, Notre-Dame de Pellevoisin, la Sainte-Trinité au séminaire, etc.). Pour les remettre en valeur, la CDAS demanda à des professeures de Paris I – Panthéon-Sorbonne de mettre en place un chantier-école avec leurs étudiants en restauration d’œuvres d’art. Bien reçus par l’équipe d’animation pastorale et des paroissiens, professeurs et étudiants passèrent plusieurs semaines dans l’église, en 2016 et 2017, pour réaliser un travail au scalpel très long et minutieux, et dégager une figure d’ange portant un calice.

Quant au mobilier liturgique, Gil Dara et moi-même avons proposé d’installer l’autel qui se trouvait dans l’ancienne prison de Loos, aujourd’hui démolie, et que nous avions récupéré. Il nous semblait que cet autel, riche d’une histoire vraiment particulière, aurait sa  place dans cette église où sont accueillis tant de "blessés de la vie". Non loin de l’autel, pour la proclamation de la Parole de Dieu, fut disposé un nouvel ambon. Enfin, les fonts baptismaux furent placés dans l’allée centrale, à l’entrée de l’église, en rappel de notre baptême, "porte des sacrements".

Enfin, les anciens décors du chœur étant trop abîmés pour être sauvés, nous étions devant ce mur comme devant une page blanche. Il fallait faire du neuf, imaginer, créer. Après en avoir discuté avec le P. Pierre Samain et des membres de la communauté paroissiale, Gil Dara et moi-même avons avancé le nom de Philomène Zeltz, peintre et sculpteur. Nous avions déjà demandé à cette artiste de créer une œuvre sur le thème du Jeudi Saint à La Passerelle (centre Euralille, près des gares). Le P. Samain émit alors l’idée que, sur la fresque, le Christ soit représenté, ainsi que des « compagnons de saint Benoît ». S’étant imprégnée de l’esprit du lieu, Philomène Zeltz proposa, au-dessus du tabernacle, un grand Christ enseignant, par la voix des quatre évangélistes, sur le modèle des icônes traditionnelles ; à ses pieds, saint Benoît-Joseph Labre, et de part et d’autre, des compagnons en prière, vivants ou déjà partis vers le Père. Tous éclairés par la belle lumière du Christ, compagnons d’hier et d’aujourd’hui, sont des apôtres, signes d’une Église bien vivante et servante, dans ce quartier aux "périphéries", là où nous presse d’aller le pape François !

 

Anne da Rocha Carneiro

Responsable de la Commission diocésaine d’Art sacré

Décembre 2017

Lire l'article paru dans Eglise de Lille Magazine n°1

Lire aussi
A vivre aussi
Agenda