Rentre en toi-même !

  • Mise en ligne : 31/08/2018
matese-fields-233175-unsplash

Newsletter diocésaine de septembre 2018

Durant plusieurs semaines, les "rentrées" se succèdent : scolaire, professionnelle, associative, politique, pastorale. Le terme "rentrer" est universel. Il sert de repère collectif. Il est un maître mot. On entend rituellement cette lapalissade pour se donner courage : "Il faut savoir rentrer pour éprouver le plaisir de sortir". Mais a-t-on mesuré la portée de cette expression ?

Rentrer n'est jamais reconduire l'identique.
Même si certains actes sont inévitablement répétitifs dans le fait de rentrer, le contexte est toujours évolutif. Les événements surviennent. Les visages passent. Les maturités adviennent. Le jeune professionnel, par exemple, ne rentre plus comme le collégien, lui-même comme l'enfant en maternelle. N'en oublions pas l'essentiel : "Il rentra en lui-même" nous dit l'évangéliste Luc au sujet du fils prodigue.
Rentrer en soi ! Ici est la clé de toute fécondité. Rentrer en soi afin de recevoir du Créateur la capacité intérieure de créer, de rencontrer, d'assumer le difficile, de se réjouir de l'inédit, de susciter du neuf. Faisons donc de l'acte de "rentrer" une attitude non  stéréotypée mais renouvelée de l'intérieur. Diocésains de Lille, par exemple, la refondation du Séminaire doit mouvoir notre énergie. Le synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel doivent également être mobilisateurs de nos forces intérieures. Et bien sûr tous vos rendez-vous familiaux et personnels pleins d'attente, chers internautes, que l'on porte vers le Seigneur.
Un sociologue faisait récemment la terrible description du hamster dans sa roue : "Bien qu'en mouvement, et parcourant une grande distance, le hamster reste en même place. Qu'il déploie beaucoup ou peu d'énergie, la roue tourne. Le hamster demeure en bas. Privez le hamster de sa roue, il en déprime".

Parce que nous n'avons vraiment pas vocation à être "hamsters dans la roue", vivons nos rentrées avec fraternité et joie, plus particulièrement attentifs à ceux pour qui "reprendre" est un défi. En rentrant en nous-mêmes, nous "réussirons" davantage notre manière de nous retrouver les uns les autres. Quelqu'un désire habiter nos jours et les éclairer de l'intérieur. Écoutons-le en profondeur et confions-lui nos projets. Féconde année à tous !

 

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde