Qui nous fera voir le bonheur ?

  • Mise en ligne : 01/02/2019
ethan-hoover-738116-unsplash

Newsletter diocésaine de février 2019

Voici un sondage, en ces temps confus que nous vivons. Il vient interpeller nos vues. Avec, évidemment, toute la relativité d'un sondage ! Mais non sans enseignements forts pour nos réflexions et nos pratiques. La question posée : quels sont les facteurs qui contribuent le plus à votre bonheur? Dans la case "essentiel", la vie de couple et de famille est plébiscitée à 82%. Se sentir en bonne santé est du même niveau à 81%. Le temps dont on dispose pour soi est exprimé à 53%. La vie sociale et amicale est à 50%. Les loisirs à 36%, l'argent dont on dispose à 35%. Le travail, qui absorbe pourtant une part considérable de l'existence, est comme relégué à 24%. Les engagements associatifs ou citoyens ne sont contributifs de ce bonheur de façon essentielle qu'à 12%. La vie spirituelle ou religieuse n’est citée dans le même item que par 10% des sondés. Il y a donc de la pédagogie à entreprendre ! Il ne faut pas s'endormir. Pour signifier que la vie spirituelle n'est pas le regard cosmétique optionnel posé éventuellement sur toutes les autres dimensions de la vie. Mais dire au monde que tout ce que vit l'homme importe à Dieu et nous importe dans une mutuelle fraternité. "Beaucoup demandent qui nous fera voir le bonheur ?" dit le psaume 4. La parole de Dieu est largement devancière des instituts de sondage pour interroger le cœur de l'homme. Elle le fait à une profondeur incomparablement aimante.

Elle nous stimule à prendre en considération avec discernement les ombres et lumières de ce temps. Elle scrute notre être à un degré de connaissance inégalé, et on ne peut plus respectueux de l'ensemble de notre vie. Dieu nous connaît mieux que nous-mêmes. Toutes les réponses mentionnées dans cette enquête d'opinion sont donc à regarder avec beaucoup d'attention. Elles disent une humanité à aimer, à rejoindre, à servir. Hâtons-nous, de tout notre cœur et de toutes nos forces à "désenclaver le spirituel" de tout ce que vit l'homme. Tout est à regarder spirituellement. Les joies et les souffrances de chacun sont celles de Dieu devenu homme en Jésus. Ce que nous faisons au plus humble de nos frères, c'est à Lui que nous le faisons. Beau février à vous ! Il est le plus court des mois de l'année. Comme pour nous presser de ne pas nous stresser. Mais de chercher ensemble un bonheur qui ne soit pas éphémère...

 

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde