Tu as du prix à mes yeux

  • Mise en ligne : 02/10/2017
love

Newsletter diocésaine d'octobre 2017

Cette maman lutte courageusement contre une maladie grave : "Il y a d'abord eu le tsunami provoqué par la révélation du diagnostic. Tsunami en moi, puis en tous ceux qui me sont chers, à qui je parvenais tant bien que mal à partager la nouvelle. Puis, nous avons redécouvert la valeur de chaque instant comme dans un surcroît d'amour. C'est incroyable comme cette épreuve nous rapproche !" Mystère de l'être humain ! Tandis que la vie se fragilise, reprendrait-elle la densité qu'elle risque de perdre ? Tandis qu'autrui est plus vulnérable, se resserre-t-on davantage autour de lui ? Quand tout peut devenir néant, la moindre parcelle de relation affective est comme savourée. Chacun voudrait bloquer on ne sait quelle pendule de la destinée. Le temps perdu dans la broutille ou la superficialité semble soudain tellement dérisoire. Les heures à vivre avec la personne souffrante prennent goût d'éternité. Ce qu'elle fait, ce qu'elle dit qui hier encore semblait tellement banal, devient sujet d'écoute respectueuse. "Tu as du prix à mes yeux, tu as de la valeur et je t’aime. Quand tu traverseras les eaux, elles ne te submergeront pas. Je serai avec toi !" dit Dieu à son peuple par son prophète Isaïe.

Prenons force dans cet attachement signifié par Dieu lui-même envers l'homme. Ressaisissons notre affection les uns envers les autres à ce prix que Dieu nomme. N'attendons pas qu'autrui soit en péril pour l'aimer. Et si le cours de la vie vient à le rendre plus vulnérable, aimons-le de ce divin amour dans les plus quotidiens des gestes à accomplir pour le soulager. C'est l'automne. La lumière du jour se raréfie comme pour nous interpeller. Déjà, il se fait tard. L'actualité résonne, à chaque heure, de faits qui trahissent la fragilité de l'humanité.

Ouvrons grands nos bras et nos cœurs pour nous redire à quel point nous avons du prix les uns pour les autres. Puisse le site diocésain nous proposer, chers internautes, les lumières et les points d'appui d'une communion plus fraternelle. Quand la vie semble devenir toute petite, seul un grand amour peut l'habiter. Quand la vie semble nous échapper, Thérèse de Lisieux nous dit "qu'aimer suffit !"

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde.

Lire aussi
A vivre aussi
Agenda