Pèlerinage en Roumanie

Jour 1 (mardi 22 septembre 2020) : DUNKERQUE, BAILLEUL, LILLE > PARIS > FRANCFORT > BUCAREST

Départ en autocar privatif de tourisme de DUNKERQUE, BAILLEUL puis LILLE pour l’aéroport de PARIS CHARLES DE GAULLE. Convocation 2 heures avant l’heure limite d’enregistrement (à ne pas confondre avec l’heure de décollage) à l’aéroport de PARIS CHARLES DE GAULLE et aide aux formalités d’enregistrement par notre personnel d’assistance pour le départ à 06:10 sur vol régulier LUFTHANSA (compagnie nationale allemande basée à Cologne) à destination de la ROUMANIE (transit de 07:25 à 10:15 à l’aéroport de Francfort avec changement d’appareil mais sans récupération des bagages). Prestations très limitées à bord. Il est préconisé que chaque membre du groupe prenne soin de prévoir lui-même à l’avance, une collation à consommer à bord. Attention, seuls les liquides acquis après le passage des contrôles de sécurité seront acceptés à bord. Arrivée à 13:30 à l’aéroport de BUCAREST OTOPENI INTERNATIONAL et accueil par un(e) guide accompagnat(rice)eur national(e) francophone, pour la durée du circuit à destination. Transfert en centre-ville de BUCAREST, capitale vivante et dynamique, développée au croisement des civilisations orientale et occidentale. Par le quartier des Ambassades, passage par le Palais de la Presse libre, le parc Kiseleff et son Arc de Triomphe construit en 1922 en mémoire des héros de la Première Guerre Mondiale, la statue des Héros de l’Air, la place de la Victoire avec le siège du Gouvernement. Continuation de la découverte de BUCAREST, métropole déroutante par manque de repères historiques et de lignes directrices dans son paysage urbain : la ville assimile tout, les âges et les styles, et c’est peut-être de ce « fouillis » que lui vient son charme, car cet éparpillement, témoin d’une histoire très compliqué, lui confère un aspect fantasque, avec ses oasis architecturales étonnantes et ses jardins romantiques… Bucarest a toujours été une ville de transit, un lien entre orient et occident : ainsi autour de la cour princière – la Curtea Veche – fondée au XVème siècle, une intense activité animait les quartiers environnants de Lipscani et de Gabroveni, où l’on peut admirer de belles demeures du XIXème siècle ornées de balcons en fer forgé, des joyaux d’art orthodoxe comme l’église Stavropoleos de style baroque brancovan, comme l’Eglise de la Patriarchie… Cette zone du vieux centre est directement liée à la sinueuse « Calea Victoriei » – avenue qui commémore la Victoire contre les Turcs et l’indépendance du pays – et qui déploie un panorama charmant d’architecture des XIXème et XXème siècles : le palais Cantacuzène néo-classique et Art nouveau, la riche Casa Monteoru, l’Athénée roumain aux belles proportions, dédié à la musique en 1888, le spectaculaire Cercle Militaire…pour arriver aux constructions stalinistes des années 50 et celles plus récentes de la fin de l’époque communiste. Et c’est peut-être vers le parc Cismigiu, aux allures de Bois de Vincennes, aux immeubles haussmanniens environnants, que la ville reprend son ancien surnom de « Petit Paris d’Orient »… Visite de la Patriarchie Roumaine, de l’église Stravropoleos, l’un des édifices représentatifs du renouveau culturel instauré par le prince Constantin Brâncoveanu à la fin du XVIIème siècle. Véritable dialogue entre les cultures orientale et occidentale, cet art est la synthèse entre tradition byzantine et apports de la Renaissance italienne, pimenté de touches baroques. Vue extérieure du Palais du Parlement (Casa Poporului), édifié entre 1984 et 1989, le plus grand bâtiment d’Europe et le second plus grand bâtiment au monde, qui couronne une période communiste de 40 ans. La décoration intérieure, faite de marbre, de bois sculpté dans des essences rares et de bronze est unique au monde. Vue sur l’état d’avancement de la cathédrale du Salut de la Nation roumaine qui sera l’édifice religieux de plus haut du monde orthodoxe avec ses 120 m. de haut. Finalement, visite de la cathédrale catholique Saint-Joseph de BUCAREST et célébration de la messe d’ouverture du pèlerinage à la paroisse du Sacré-Coeur suivie si possible, d’une rencontre avec Son Eminence Ioan Robu, archévêque de l’église romaine catholique de Bucarest sinon avec Père Tomas. Installation à l’hôtel IBIS GARE DU NORD*** NL – http://www.ibis.com/fr/hotel-3302-ibis-bucuresti-gara-de-nord – (ou similaire) pour dîner et nuit.

Jour 2 (mercredi 23 septembre 2020) : BUCAREST > BRASOV

Petit déjeuner à l’hôtel. Départ pour le centre Saint-Pierre et Saint-André. Si possible, temps de rencontre sur le thème du rapprochement de l’église occidentale et orientale. Visite de l’église gréco-catholique Saint-Basil et si possible, rencontre avec Monseigneur Fratila, évêque (francophone) gréco-catholique de Bucarest. Visite du musée du village roumain, écomusée en plein air qui retrace la vie rurale et les traditions paysannes de Roumanie. Déjeuner au restaurant avant de prendre la route pour BRASOV, la première ville de Transylvanie, ville marchande fondée par les colons saxons au XIIIème siècle, appelée autrefois Kronstadt. Visite du centre historique au travers une promenade dans les rues piétonnes. Célébration de la messe en l’église Saint-Pierre Saint-Paul. Installation à l’hôtel COROANA BRASOVULUI*** NL – http://coroana-brasovului.ro (ou similaire). Dîner au restaurant Casa Romaneasc dans le pittoresque quartier du Schei (à proximité immédiate de l’hôtel), où vivaient les Roumains à l’époque où les Saxons refusaient aux autres nationalités le droit de résider intra-muros. Nuit à l’hôtel.

Jour 3 (jeudi 24 septembre 2020) : BRASOV > PREJMER > SIGHISOARA > TARGU MURES

Petit déjeuner à l’hôtel. Suite de la visite de BRASOV avec les tours de l’église Noire, construite à partir de 1385, dominent la vieille ville ; c’est la plus grande église entre Istanbul et Vienne. Visite de ce bel ensemble gothique flamboyant au grand orgue. Si possible, rencontre avec le pasteur protestant de la paroisse luthérienne. Départ pour PREJMER et visite de l’église fortifiée classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Construite en 1225, la particularité de cette citadelle saxonne est de posséder en son sein plus de 250 celliers adossés aux remparts de 12 mètres de hauteur, car chaque famille du village en possédait un pour mettre à l’abri des invasions les récoltes. L’église datant du XIIIème siècle abrite le plus vieux retable de Roumanie. Continuation pour SIGHISOARA, la ville natale du prince Vlad l’Empaleur, authentique citadelle médiévale du XIIIème siècle toujours habitée, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Découverte des méandres de cette ville fortifiée. Si possible, concert d’orgue privé dans l’église évangélique allemande de la cité. Déjeuner au restaurant. Route pour TARGU MURES, belle ville habitée par deux communautés, la roumaine et la hongroise, la première à majorité orthodoxe ou gréco-catholique, et la seconde romano-catholique et /ou protestante « réformée ». Célébration de la messe suivie si possible, d’une rencontre avec Père Johann Farcas, prêtre gréco-catholique. Installation à l’hôtel CONTINENTAL FORUM****NL – https://continental-tirgu-mures.continentalhotels.ro – pour dîner et nuit. En veillée pour ceux qui le souhaitent, promenade nocturne sur la belle place des Roses.

Jour 4 (vendredi 25 septembre 2020) : TARGU MURES > MIERCUREA CIUC > GORGES DE BICAZ > PIATRA NEAMT

Petit déjeuner à l’hôtel. Route pour MIERCUREA CIUC, ville habitée par la communauté hongroise pour déjeuner au restaurant. Continuation pour SUMULEU CIUC, lieu de pèlerinage marial qui rassemble chaque année pour la Pentecôte, et ce depuis le XVIème siècle, de très nombreux hongrois de Transylvanie et du monde entier. Traversée des magnifiques GORGES DE BICAZ dans les Carpates Orientales. Célébration de la messe dans la chapelle en bois du lac Rouge. Arrivée à PIATRA NEAMT et installation à l’hôtel CEAHLAUL*** NL – http://www.hotelceahlau.ro – (ou similaire) pour dîner et nuit.

Jour 5 (samedi 26 septembre 2020) : PIATRA NEAMT > AGAPIA > SUCEVITA > VORONET > CAMPULUNG MOLDOVENESC

Petit déjeuner à l’hôtel. Départ pour les Monastères de Bucovine. Dans une région aux douces collines enchanteresses, la Bucovine étale ses monastères. Etienne le Grand, le voïvode de Moldavie, et son entourage firent construire au XVème siècle une église après chaque victoire remportée contre les Turcs ; ils érigèrent ainsi 44 églises et monastères; cinq en Bucovine ont la caractéristique de posséder sur les murs extérieurs des fresques en couleur : les jours de fête, les paysans, à l’extérieur de l’église trop petite, pouvaient ainsi contempler sur les murs « la Bible en images ». Ces monastères recouverts de fresques, sont des monuments inscrits sur la liste du patrimoine mondial et protégés par l’Unesco. Visite du village monastique d’AGAPIA, l’un des plus grands complexes monastiques du pays autour duquel s’est développée une importante communauté d’environs 400 nones très actives. Les fresques intérieures ont été réalisées par Nicolae Grigorescu quelques années avant de partir pour Barbizon et d’y rencontrer les précurseurs du réalisme français comme Millet. Si possible, rencontre avec une soeur francophone. Continuation pour SUCEVITA et déjeuner en auberge. Visite du monastère de SUCEVITA qui fait partie d’un impressionnant ensemble de fortifications. Visite du monastère de VORONET surnommé la Perle Bleue, à cause de la couleur dominante de ses fresques, mais aussi la Sixtine de l’Orient pour la beauté de ses peintures, ce monastère est un véritable chef d’oeuvre de la peinture post byzantine, dont la scène du Jugement Dernier est mondialement connue. Dans la très belle scène, sur toute la façade ouest, les pêcheurs sont représentés sous les traits des Turcs ; les anges arborent des visages de femme du pays, des promis au paradis sont drapés dans des habits moldaves. Continuation pour CAMPULUNG MOLDOVENESC et célébration de la messe à l’église catholique de l’Elévation de Jésus-Christ, suivie si possible d’une rencontre avec le prêtre. Installation à l’hôtel SANDRU***NL – http://www.hotel-sandru.ro – (ou similaire) pour dîner et nuit. *

Jour 6 (dimanche 27 septembre 2020) : CAMPULUNG MOLDOVENESC > MOLDOVITA > BISTRITA > BOGDAN VODA > BARSANA > VADU IZEI > SIGHETU MARMATIEI

Petit déjeuner à l’hôtel. Départ pour la visite du monastère de MOLDOVITA construit en 1532. Ses fresques les plus célèbres ont pour thème le siége de Constantinople par les Perses et les Avars au VIIème siècle. Si possible, rencontre francophone avec la moniale Tatiana pour une visite commentée intérieure et extérieure du monastère. Route pour BISTRITA et déjeuner au restaurant. Continuation pour le Maramures, pittoresque contrée encore protégée de la modernisation, qui fait frontière avec l’Ukraine au nord du pays. Peuplée de rudes montagnards, elle procure un vrai dépaysement de par sa vie rurale des plus authentiques. Ici, les champs sont toujours cultivés à la force des boeufs ou des chevaux. Dans cet univers palpite encore l’âme du Maramures : vieilles maisons, moulins, foulons, lavoirs, alambics… La filature, le tissage de la laine, la broderie comme le travail du bois occupent les longues soirées d’hiver. D’un village à l’autre, et en particulier dans la vallée de l’Iza se découvrent de fantastiques « cathédrales en bois » aux clochers de bardeaux, de vieilles fermes, de jolies maisons crépies de bleu avec partout présente la chaleur d’un peuple rural. Visite de l’église en bois orthodoxe (et ex gréco-catholique !!!) de BOGDAN VODA. Si possible, rencontre avec le père afin de prendre connaissance en profondeur des réalités et des liaisons entre les diverses églises. Arrivée au monastère de BARSANA et visite de ce chef d’oeuvre de l’architecture traditionnelle de Maramures. Dîner chez l’habitant au village de VADU IZEI, occasion de découvrir la gastronomie locale et de bénéficier de l’accueil chaleureux des gens du pays. Arrivée à SIGHETU MARMATEI et installation à l’hôtel GRADINA MORII***NL – http://www.hotelgradinamorii.ro (ou similaire) – pour la nuit.

Jour 7 (lundi 28 septembre 2020) : SIGHETU MARMATIEI > BAIA MARE > CLUJ NAPOCA

Petit déjeuner à l’hôtel. Célébration de la messe à la paroisse St Carol Borrome. Visite du Mémorial des Victimes du Communisme et de la Résistance installé dans une ancienne prison, reconstituant et conservant la mémoire de certains peuples, notamment du peuple roumain, qui, pendant un demi-siècle, se sont fait inoculer une histoire dénaturée par la dictature communiste. Continuation de la découverte du Maramures, pittoresque contrée encore protégée de la modernisation, qui fait frontière avec l’Ukraine au nord du pays. Peuplée de rudes montagnards, elle procure un vrai dépaysement de par sa vie rurale des plus authentiques. Par la Vallée de la Mara, traversée des villages, de véritables petits musées en plein air avec leurs demeures de chêne aux toits de bardeaux, leurs portails de bois ouvragés et leurs clochers élancés. Arrêt à BAIA MARE pour déjeuner au restaurant. Si possible, rencontre avec le père Emil Marian Ember, prêtre grec-catholique. Continuation pour CLUJ NAPOCA, ancienne capitale historique de la principauté de Transylvanie, à l’héritage très riche et varié. La ville médiévale fut érigée au XIIème siècle par des colons allemands sur l’emplacement de l’ancienne colonie romane de Napoca. Peu de vestiges de cette époque sont encore visibles. Néanmoins, le style architectural allemand est bien présent dans le vieux Cluj, actuel centre-ville. A commencer avec le XIVème siècle, la ville fut habitée essentiellement par des gens de langue et de culture hongroise, bien qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIème siècle et jusqu’au début du XXème siècle la ville fit partie de l’Empire Autrichien, voire de l’Empire Austro-Hongrois. La plupart des bâtiments de la vieille ville datent de cette période s’étendant de la fin du XIVème au début XXème siècle. Par conséquent, on y trouve tous les styles architecturaux européens, du gothique à l’art nouveau. Si possible, rencontre avec Monseigneur Florentin Creihalmeanu, évêque gréco-catholique de Cluj Napoca. Installation à l’hôtel AGAPE****NL – http://www.hotelagape.ro – (ou similaire) pour dîner et nuit.

Jour 8 (samedi 29 septembre 2020) : CLUJ NAPOCA > FRANCFORT > PARIS CDG > LILLE, BAILLEUL, DUNKERQUE

Petit déjeuner à l’hôtel. Célébration de la messe d’envoi du pèlerinage à l’église de la Sainte Trinité puis, si possible, rencontre avec le prêtre. Visite de l’église catholique Saint-Michel. Promenade dans la très belle ancienne capitale historique de la principauté de Transylvanie, à l’héritage très riche et varié. La ville médiévale fut érigée au XIIème siècle par des colons allemands sur l’emplacement de l’ancienne colonie romane de Napoca. Peu de vestiges de cette époque sont encore visibles. Néanmoins, le style architectural allemand est bien présent dans le vieux Cluj, actuel centre-ville. A commencer avec le XIVème siècle, la ville fut habitée essentiellement par des gens de langue et de culture hongroise, bien qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIème siècle et jusqu’au début du XXème siècle la ville fit partie de l’Empire Autrichien, voire de l’Empire Austro-Hongrois. La plupart des bâtiments de la vieille ville datent de cette période s’étendant de la fin du XIVème au début XXème siècle. Par conséquent, on y trouve tous les styles architecturaux européens, du gothique à l’art nouveau. Déjeuner au restaurant. Temps libre avant le transfert à l’aéroport de CLUJ NAPOCA. Assistance aux formalités d’enregistrement et départ à 18:25 sur vol régulier LUFTHANSA à destination de la FRANCE (transit à l’aéroport de Francfort de 19:30 à 21:30 avec changement d’appareil mais sans récupération des bagages). Prestations à bord. Arrivée à 22:40 à l’aéroport de PARIS CHARLES DE GAULLE. Retour en autocar privatif de tourisme à LILLE, BAILLEUL et DUNKERQUE.

RENCONTRES et CÉLÉBRATIONS :

Outre la célébration quotidienne d’une messe au cours de l’excursion du jour, nous avons aussi prévu dans la mesure du possible quelques rencontres brèves et informelles avec une personnalité ou une communauté religieuse locale selon les cas et les sites visités…
Finalement, nous tenons aussi à vous garantir les services et l’assistance
d’un(e) guide national(e) spécialisé(e) dans les groupes de pèlerins, parfaitement francophone qui, autant que nécessaire, assistera le prêtre accompagnateur du groupe.

PRIX PAR PERSONNE base chambre double/twin à partager :
Groupe par autocar constitué de : Prix NETS agence (hors com. DDP)
31 à 32 personnes dont 1 gratuite : 1298 €
26 à 30 personnes dont 1 gratuite : 1469 €
21 à 25 personnes dont 1 gratuite : 1598 €
Supplément chambre individuelle : + 183 € (sur demande et en nombre limité)

COMPRENANT :
Les pré et post acheminements en autocar privatif de tourisme par rapport à l’aéroport de Paris,
L’aide aux formalités d’enregistrement au départ de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle,
Les vols réguliers Paris/Bucarest et Cluj Napoca/Paris via l’Allemagne a/r opérés par Lufthansa,
Les taxes d’aéroport et la surcharge carburant obligatoires (88 € environ à ce jour et révisables),
Le logement pour 7 nuits en hôtels*** et **** base chambre double/twin à partager,
La pension complète du dîner du jour 1 au déjeuner du jour 8 inclus,
Les transferts et les excursions en autocar privatif de tourisme climatisé selon le programme,
Les services d’un guide accompagnateur national francophone durant tout le circuit à destination,
Les visites avec droits d’accès aux sites et monuments selon le programme,
Les réservations des célébrations et des rencontres (programmation et disponibilités à reconfirmer),
Les taxes et frais de service dans les hôtels et les restaurants,
L’assistance de notre correspondant local francophone à l’arrivée, durant tout le séjour et au départ,
Le sac du pèlerin avec petit guide sur la destination et données techniques relatives au circuit,
L’assurance multirisque Confort* annulation, assistance, rapatriement, frais médicaux et bagages,
L’assurance complémentaire Pack Transport* grèves, garantie des prix, départ/retour impossible,
Une gratuité base chambre individuelle sur les prestations précédentes.