"Nous ne savions pas qu'il y a un Esprit Saint"

  • Mise en ligne : 05/06/2019
60434-OA5XN0-521-02

Newsletter de Juin 2019

"Nous n'avons même pas entendu dire qu'il y a un Esprit Saint"
Cette phrase percutante provient des disciples de Jean à l'intention de Paul, tandis qu'il les rencontre à Ephèse. On la lit dans les Actes des Apôtres au chapitre dix-neuvième. Mais combien elle est actuelle !

Prononçable par tant de nos contemporains qui sincèrement "n'ont pas entendu dire"...
Prononçable par tant de personnes dont les circonstances de vie n'ont pas rendu possible de percevoir à ce jour l'ineffable grâce de l'Esprit.
Prononçable aussi par nous... qui dénaturons le don de l'Esprit en notre baptême et notre confirmation.

Par le rythme trépidant de notre quotidien desséchant en nous toute intériorité.
Par l'orgueil autosuffisant nous dispensant de toute écoute ecclésiale.
Par la morosité ambiante générée par la conjoncture difficile dans la société et l'Eglise.
Par nos peurs fondées ou imaginaires.
Mais aussi par nos attitudes faussement exaltées, et pas davantage spirituelles que les précédentes.
Bref, par toutes les fois où nous nous substituons à l'Esprit Saint lui-même...
Soit en éteignant sa grâce, soit ou en nous prenant pour Lui.
Ami, tu ne peux entendre qu'il y a un Esprit si tu ne le laisses advenir Lui-même en toi dans la liberté de son déploiement.

Michel Serres, qui vient de nous quitter, parlait du monde dans lequel nous vivons : "Monde étrange si jeune et si vieux. Monde où les adolescents vivent le temps rapide et renouvelé de la science. Monde où les artistes s'obligent, en risquant de tout recopier, à tout recommencer. Monde où les catéchumènes, fraîchement, se convertissent".
Et nous, que disons-nous concrètement de la nouveauté sans commune mesure contenue dans le mouvement et la force de l'Esprit ? En sommes-nous les joyeux serviteurs ou les ingrats rabats joie?

La Pentecôte vivifiante vient renouveler de l'intérieur tout notre être. Elle visite nos communautés pour que l'Esprit de Jésus y fasse toutes choses nouvelles. Nouvelles selon son cœur, et pas à la mesure de nos égos. Nouvelles pour le bonheur de l'homme intégral et pas à l'aune de nos relativismes.
Amis internautes, aérons tout grand le rance et le confiné de nos passivités. Réveillons, de toute énergie, la part sclérosée de nous-mêmes. Que ce soit Pentecôte chez vous, en vous et pour tout l'univers!

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde