Mgr Hérouard nous parle de l'Europe

  • Mise en ligne : 28/11/2018
Mgr-herouard-Europe

Sur Rcf et dans le numéro de décembre d'Eglise de Lille.

Sur RCF-Nord de France

Quel rôle joue l'Eglise auprès des institutions européennes? L'éclairage de Mgr Antoine Hérouard, évêque auxiliaire de Lille et membre de la COMECE, la commission des épiscopats de l'Union Européenne.

 


dans Eglise de Lille de décembre (#5)

Europe, quelle contribution des chrétiens ?

EDL5 EDL5  

Pour le commander : 03 28 52 66 68 - communication@lille.catholique.fr

 


lors d'un voyage à Bruxelles 
A la découverte du travail de nos Eglises auprès de l’Union européenne

IMG-20181129-WA0000 IMG-20181129-WA0000  

le groupe devant le Berlaymont, siège de la Commission européenne à Bruxelles. Photo de Père Aimilianos.

« Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l'Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les églises et organisations philosophiques et non-confessionnelles. » (article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne 1er déc 2009).

Curieux de découvrir comment ce dialogue se pratique, un groupe de 45 personnes venant de différentes Eglises présentes sur l’agglomération lilloise s’est rendu le 21 novembre dernier à Bruxelles (Eglise anglicane « Christ Church » avec l’Eglise vieille catholique Union d’Utrecht, Eglise catholique, Eglise protestante unie de Lille, Assemblée évangélique de la Nouvelle Alliance, Eglise orthodoxe).

Plusieurs rencontres ont eu lieu à la Commission européenne avec Monsieur Vincent Depaigne, coordinateur du dialogue avec les Eglises, les religions, les philosophies et les organisations non confessionnelles, au Parlement avec le service du dialogue avec les Eglises et les religions du Parti populaire européen (démocrate chrétien). Le groupe a été également reçu par la CROCEU (Comité des représentants des Eglises orthodoxes auprès de l'Union Européenne), la CEC (Conseil des Eglises européennes) et la COMECE (Commission des Episcopats de l'Union européenne).

Que permet ce dialogue ?

Il est désormais inscrit dans les institutions européennes et permet à nos Eglises, au nom du bien commun, de donner son avis sur différentes thématiques telles que le sens du dimanche, l’avenir du travail avec la décroissance du salariat, l’accueil et l’intégration des personnes réfugiées, les mouvements migratoires au sein de l’Europe, l’intelligence artificielle… (Il faut noter que la crise écologique n’a pas encore été abordée.) Il est l’occasion de larges tables rondes et provoque en amont et en aval de ces réunions officielles, de multiples et riches rencontres qui certainement, elles aussi, influencent les mesures prises.

L’Union européenne est souvent perçue comme bureaucratique et technocratique. Alors quel sens lui donner aujourd’hui ? Rappelons-nous, tout d’abord, que la première finalité de sa construction est la paix en Europe. Aussi, ne faut-il donc pas comprendre cette Europe comme un cadeau reçu de Dieu, cadeau dont il nous faut prendre soin pour pouvoir le transmettre aux générations suivantes ? Nos Eglises ont à endosser ce rôle de leader spirituel qui fait actuellement défaut à L’Union. Et le devoir des chrétiens que nous sommes, est de nous y investir.

Anne-Laure de la Roncière, déléguée à l'Unité des chrétiens

Lire aussi