Messe des rameaux et de la Passion 2017

  • Mise en ligne : 09/04/2017
buis1

Homélie de Mgr Laurent ULRICH, archevêque de Lille

Cathédrale Notre-Dame de la Treille

  En ce dimanche des rameaux tout le mystère du Christ venu au milieu des hommes est comme résumé : nous avons commencé cette messe par le récit de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Et maintenant nous venons de lire le récit de sa passion dans Jérusalem quelques jours après. Il y a à la fois le grand triomphe et la plus grande ignominie qui puisse toucher un homme. Et l’humanité est ainsi faite, la vie des hommes est ainsi faite, que se succèdent, parfois sans répit, l’un et l’autre, la gloire de quelqu’un et immédiatement après sa chute. C’est le mystère de l’humanité. Et le Christ le vit avec nous. Nous savons que s’accumulent dans la vie des hommes les moments de joies et de peines, les moments de mise en gloire et en honneur, et les moments de réprobation et d’humiliation. Nous allons pouvoir déployer tout au long de la semaine qui vient ce grand mystère du Christ, Dieu fait homme, et de l’humanité qui compte sur le Christ sur ce chemin qui va et comporte des hauts et des bas, des moments de joie et des moments d’intense peine.

   Mardi la messe chrismale dans cette cathédrale nous dira combien le Christ nous donne les sacrements et les huiles pour notre bien, pour accompagner notre vie dans toutes les circonstances, les circonstances de la maladie avec l’huile des malades, mais aussi les circonstances de la joie avec l’huile des catéchumènes, ceux qui désirent suivre le Christ, et le saint chrême qui servira pour les baptêmes, les confirmations, les ordinations de prêtres, et notamment bientôt l’ordination d’un évêque auxiliaire pour ce diocèse.

  Jeudi, Jeudi Saint, nous vivrons le don que le Christ fait de lui-même. Il nous donne sa vie pour que nous vivions. Il nous donne le Pain de Vie, et nous l’accueillons parce qu’il est nécessaire pour notre vie de tous les jours.

  Vendredi c’est la vie, la vie de lui-même, sa vie à lui qui est remise. On lui prend, il la donne ; il est au plus bas … au plus bas de la souffrance, au plus bas de l’ignominie.

  Samedi, le jour de l’absence, le jour qui touche tant d’hommes et de femmes pour leur existence avec le sentiment que Dieu n’est pas là, près d’eux. Mais le Christ vit cela avec eux, avec nous. Quand nous avons le sentiment qu’il est loin, il veille. Nous ne le sentons pas, mais il est là.

 Et puis samedi soir et dimanche il est ressuscité, il est là pour toujours, il nous promet sa présence et nous savons que, ayant traversé l’épreuve, il vit et nous conduit.

  Voilà ce que nous avons à vivre tout au long de cette semaine.

  Soyez fidèles, frères et sœurs, à accompagner le Christ, soyez fidèles tout au long de cette semaine à vivre ainsi proches de lui. Sur vos feuilles vous avez entendu ce texte que l’on a lu au début de la célébration, qui peut vous accompagner tout au long de cette semaine : « Ouvrez la porte de vos blessures, de vos fatigues, de vos amours et de vos engagements, de vos fidélités et de vos espérances, de vos cœurs et de vos peurs, de vos angoisses et de vos projets, de vos familles, de nos familles et de notre monde ! Ouvrons-lui la porte ! » Méditons tout au long de cette semaine ensemble !
 

LITURGIE DE LA PAROLE

Entrée messianique
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu, 21, 1-11

Première lecture « Je n’ai pas caché ma face devant les outrages, je sais que je ne serai pas confondu » Isaïe, 50, 4-7

Psaume 21, « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » ?

Deuxième lecture « Il s’est abaissé : c’est pourquoi Dieu l’a exalté » Lettre de saint Paul aux Philippiens 2, 6-11

La Passion de Notre-Seigneur Jésus Christ : Evangile selon saint Matthieu,  26,14- 27, 66

A vivre aussi
novembre 2017
décembre 2017
janvier 2018
février 2018
mars 2018
avril 2018
mai 2018
juin 2018
juillet 2018
août 2018
septembre 2018
octobre 2018