Messe du Jubilé du diocèse - Accueil

  • Mise en ligne : 27/10/2013
DSC_4162

Dimanche 27 octobre 2013, accueil par Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, du Cardinal Jean-Louis Tauran, pour les 100 ans du diocèse.

Eminence, cher monsieur le cardinal,

Nous sommes heureux, très heureux, de voir le visage et d’entendre à nouveau la voix de celui qui nous a annoncé, le 13 mars dernier, la joyeuse nouvelle de l’élection du Pape François.

C’est lui, justement, qui vous a délégué ici comme son envoyé spécial, pour présider en son nom les fêtes du centenaire de notre diocèse de Lille. Vous êtes ici, à la place d’honneur, comme le bon messager fraternel de l’Eglise de Rome, et nous remercions l’évêque de Rome, le Pape, de son geste apprécié, et de sa visite en votre personne.

Depuis de très nombreuses années, vous servez l’Eglise dans ses relations avec les Etats du monde, et donc avec les peuples de la terre au milieu desquels vit et grandit le peuple de Dieu qui déborde largement les frontières de l’Eglise catholique. En servant ainsi l’Eglise, vous servez les hommes dans la profondeur de leur vie et de leurs recherches. Aujourd’hui, votre responsabilité concerne principalement le dialogue interreligieux, dans la ligne des enseignements si forts et si lumineux du Concile Vatican II.

Dans un livre récent que vous avez préfacé, vous invitez les croyants à une « pédagogie du dialogue qui consiste à former des communautés (religieuses ou non) à la différence ; à la capacité de voir l’autre comme un don et non comme une menace. Pour nous chrétiens, en particulier, l’autre est celui qui est toujours capable de faire l’expérience de Dieu. » Le prêtre et l’imam, Christophe Roucou et Tarek Oubrou, Bayard 2013, p.10.

Ce que vous nous invitez à voir concerne le dialogue entre croyants de religions différentes, mais aussi entre croyants et chercheurs de vérité. C’est ce dialogue de la foi et du salut que nous avons essayé, au cours de ces trois années passées, de mettre au cœur de notre vie chrétienne. Nous avons entendu l’appel du Pape Paul VI, dans la grande encyclique du début de son pontificat – il y a bientôt 50 ans -, à croire en dialogue, à croire et dialoguer. Nos contemporains et nous-mêmes avons besoin de cet échange dans la vérité. Croyants sans complexe, nous aimons nous mettre dans la situation d’écouter, de nous laisser questionner, de répondre avec notre foi et de chercher encore à approfondir notre sens de la vie, en développant cette relation au Christ qui vit au milieu de nous.

Au long de ces trois années, nous avons aussi prié dans la communion de toute l’Eglise et nous avons dit, dans la prière que j’ai proposée aux diocésains durant cette période du jubilé de notre diocèse : « Avec les autres Eglises diocésaines, nous sommes ton Eglise au milieu de ce monde : Tant de liens de charité nous unissent. »

Les voici toutes ces Eglises diocésaines, représentées par leurs évêques et parfois des membres de leur clergé et de leur peuple. Elles sont nombreuses et diverses, elles viennent de France, de Bordeaux à Lyon, de Reims à la Savoie, d’Amiens et de Besançon à Carcassonne ; elles viennent de la Belgique proche, du Luxembourg et de l’Allemagne, et aussi de l’Afrique, avec notre frère Mgr Dieudonné Watio, évêque de Bafoussam au Cameroun. Ensemble au long des jours, et avec vous aujourd’hui, nous tissons les liens de la communion entre les Eglises.

J’ai aussi l’honneur et  la joie de saluer, et de remercier de leur présence au cours de ces trois journées, les représentants des frères chrétiens de l’Eglise Protestante Unie de France, des Eglises orthodoxes, de l’Eglise Anglicane et des Eglises évangéliques. De même que je suis heureux d’avoir vu à nos côtés des représentants de la communauté juive, et ceux des communautés musulmanes et bouddhistes.

Je salue au milieu de nous les autorités qui nous ont fait l’honneur de leur présence, au cours de ces trois jours. Monsieur le Préfet, en le remerciant de ce que les services de l’Etat ont fait, pour que soient réunies les conditions du calme et de la tranquillité de nos rassemblements de fête de cette année. Madame le Maire de Lille a été très attentive au déroulement de tout ce programme depuis un an et a apporté l’aide bienveillante de la municipalité, autant qu’il est permis de le faire ; aujourd’hui, un heureux événement familial, le baptême de son petit-fils – mais une date impérieuse – la rend indisponible auprès de nous. Votre présence en son nom, Monsieur le Premier adjoint, nous exprime cette attention qui est aussi la vôtre et nous vous prions encore de la remercier vivement. 

Mesdames et Messieurs les élus de la Nation, de la région, du département et des communes ; Mesdames et Messieurs les représentants de toutes les institutions qui concourent au dynamisme de notre région, soyez tous remerciés d’avoir répondu à notre invitation.

Eminence, merci de nous dire par votre présence si amicale que la communion ecclésiale est un grand don de Dieu. Les trois diocèses de Lille, Arras et Cambrai qui se préparent à entrer dans leur synode ou concile provincial reçoivent ce témoignage vécu en ce jour comme un précieux encouragement à la foi que nous célébrons dans cette eucharistie que vous présidez.