Messe internationale au sanctuaire de Lourdes

  • Mise en ligne : 17/06/2018
lourdes2018_mgrulrich

Dimanche 17 juin 2018, homélie de Mgr Laurent ULRICH, lors du pèlerinage diocésain.

Jésus nous invite à regarder la nature et à tirer leçon de cette observation. D’abord la semence qui pousse toute seule, germe et grandit. Le cultivateur observe ce phénomène, il essaie de bien le comprendre pour semer au bon moment, pour protéger le mieux possible. Pour donner les conditions les meilleures en vue de la croissance. Aujourd’hui on découvre les modifications génétiques et on se donne l’impression de fabriquer un produit. Mais en réalité, on sait que rien n’est plus beau, plus mystérieux et plus vrai que cette croissance que l’on ne maîtrise pas.

Eh bien c’est pareil pour ce qui nous arrive. Les parents savent s’étonner devant ce que deviennent leurs enfants. Ils donnent certes le meilleur d’eux mêmes, mais ils savent se laisser surprendre par des qualités, des aptitudes imprévues que développent leurs enfants. Ainsi en est-il de l’annonce de l’évangile : chacun peut donner son témoignage, parfois tout humble et très ordinaire à ses yeux, et c’est Dieu qui lui assurera une fécondité inattendue.

Et puis la graine est si petite, le noyau si modeste, capable de donner une si grande tige avec un épi, ou un arbre sans proportion avec la graine. Le si grand est contenu dans le si petit. Et cela aussi arrive dans nos vies et dans la vie de nos communautés. Je vous raconte une histoire qu’un curé de paroisse a rapportée récemment. A la porte de son église, il y a un réfugié, un étranger qui fait la manche ... : c’est ordinaire, c’est un fait de rien du tout. Un dimanche, cet homme est là avec son fils, un enfant de 7-8 ans peut-être. Arrive à la messe un papa qui se met à parler à celui qui mendie, lui aussi est avec son fils du même âge, et il dit à l’étranger : votre fils pourrait bien servir la messe avec le mien. Et les voilà à la sacristie, on cherche une aube et les deux enfants servent la messe. A la sortie, on se parle, et voici que plusieurs s’intéressent à cet homme et à son fils. Tout un accompagnement va s’ensuivre, la vie de cet étranger va changer complètement, des relations se tissent et c’est toute la paroisse qui change et se met à prendre en charge l’accueil d’autres réfugiés et à les accompagner pour qu’ils s’intègrent dans la paroisse et dans la ville. La communauté s’est convertie à l’accueil des étrangers.

Une toute petite cause, un très grand effet.

Le petit geste de ce papa qui allait à la messe du dimanche a changé la vie de beaucoup de personnes, de familles et d’une paroisse. Personne n’a vraiment fabriqué cette transformation, mais Dieu a permis qu’elle arrive, qu’elle se développe.

Dans son exhortation sur la sainteté, le pape François nous a invité à vivre cela. Et à croire que Dieu peut faire en nous des merveilles de transformation. Je le cite (n° 15) : Laisse la grâce de ton baptême porter du fruit dans un cheminement de sainteté. (...) Ne te décourage pas parce que tu as en toi la force de l’Esprit saint. (...) Dans l’Eglise tu trouveras ce dont tu as besoin pour progresser vers la sainteté : la parole de Dieu, les sacrements, l’exemple des saints.

Pourvu que ce pèlerinage nous entraîne tous dans ce sens.

A vivre aussi
octobre 2018
novembre 2018
décembre 2018
janvier 2019
février 2019
mars 2019
avril 2019
mai 2019
juin 2019
juillet 2019
août 2019
septembre 2019