L’apparition

  • Mise en ligne : 21/03/2018
l-apparition-affiche-film-660x330

Dans une petite commune du sud-est de la France, Anna, une jeune orpheline de 18 ans, affirme avoir assisté à une apparition de la Vierge Marie.

L’apparition
Date de sortie 14 février 2018
Durée 2h17
Réalisé par Xavier GIANNOLI
Avec Vincent LINDON, Galatea BELLUGI, Patrick D’ASSUMÇAO
Genre Extatique
Nationalité France

Dans une petite commune du sud-est de la France, Anna, une jeune orpheline de 18 ans, affirme avoir assisté à une apparition de la Vierge Marie. Très vite, une foule de pèlerins converge sur le site, entourant Anna d’une atmosphère de vénération. Devant l’ampleur du phénomène, Rome ordonne une commission d’enquête canonique. Jacques, grand reporter revenu traumatisé du Proche-Orient, sans lien particulier avec l’Église, est pourtant invité à la rejoindre...

 

3 3  

À l’heure où l’Église authentifie un nouveau miracle à Lourdes, suscitant les sarcasmes radiophoniques de chroniqueurs suffisants, on pouvait légitimement redouter le dernier GIANNOLI. Qu’attendre en effet d’un auteur se plaisant à filmer l’escroc enferré dans ses mensonges (À l’origine, 2009) et l’atroce cantatrice pétrie d’illusions sur son talent (Marguerite, 2015) ? Solidement documenté, le réalisateur évoque d’emblée, dans les coulisses du Vatican, les apparitions reconnues ou controversées, de Lourdes à Garabandal en passant par Medjugorje – démontrant une indéniable maîtrise du sujet. Sans aucune gêne, il dévoile assez vite les ambiguïtés de certains clercs de l’entourage d’Anna ; illustre sans avoir l’air d’y toucher le capharnaüm de dévotions bruyantes et de produits dérivés d’un goût discutable lié au nouveau lieu de pèlerinage. Là où il nous surprend est dans sa façon quasi malicieuse de déjouer toutes nos attentes – pour ne pas dire nos craintes. Chaque fois que nous pressentons l’imposture, que les masques des tartuffes supposés semblent prêts à tomber, GIANNOLI révèle en lieu et place toute la complexité de personnages oscillant entre foi et doute. Si Jacques, notre guide dans cette enquête tortueuse (Vincent LINDON) se veut rationnel et mène ses investigations en ce sens, la rencontre d’Anna ébranle nombre de ses certitudes. Les critiques ont salué très justement l’interprétation de Galatea BELLUGI, rayonnante et fragile dans ce personnage de voyante elle-même captive d’un rôle qui progressivement la dépasse. Arpentant une ligne de crête délicate, le film interroge la frontière entre foi et crédulité aveugle, sans pour autant donner blanc-seing au scepticisme forcené. En dehors d’une « révélation » qui m’a paru quelque peu confuse, voire improbable, il me faut saluer une oeuvre d’une rare honnêteté intellectuelle, transportée par une bande originale empruntée à Arvo PÄRT et Georges DELERUE – parfois pompeuse, souvent sublime. On notera au passage que l’enquête rejoignant le passé de reporter de guerre de Jacques insère en filigrane discret la question des chrétiens d’Orient, suscitant une scène finale des plus touchantes.

Note : sur le thème des apparitions mariales et en marge de l’exposition Chrétiens d’Orient – Deux mille ans d’histoire de l’IMA, dans un registre bien plus léger tout en restant respectueux, revoir l’excellent documentaire La Vierge, les Coptes et moi de Namir Abdel MESSEEH (2012).

Lire aussi