Jean-Philippe Lucot

  • Mise en ligne : 06/08/2018
LUCOT

Jean-Philippe sera ordonné diacre le 6 octobre 2018

Jean Philippe et Pascale sont mariés depuis 27 ans, habitent Lambersart, et sont parents de 5 enfants, âgés de 16 à 25 ans. Jean Philippe, 50 ans, est gynécologue obstétricien hospitalier, tandis que Pascale est contrôleur de gestion en entreprise.

En ACI depuis plus de 10 ans, ils sont très engagés dans leur paroisse : partage d'évangile et éveil à la Foi, APEL, parcours Thomas, groupe de confirmants, catéchisme, ménage, accueil des migrants mineurs isolés. Ils sont impliqués dans le monde du sport, en particulier le basket. Sur le plan professionnel, Jean Philippe aime à travailler en équipe et s’investit énormément : auprès des patientes, dans des missions humanitaires, dans la formation.
 

" Cette aventure résonnait dans nos cœurs comme une vérité dans notre chemin de Vie "


C’est en 2013 qu’un diacre leur a proposé d’entamer le chemin vers le diaconat. « Ce fut une surprise totale » nous dit Jean Philippe. Ils savaient peu de choses des missions du diacre, et des entretiens avec le Père Bordarier, curé de leur paroisse, ainsi que l’année de recherche, leur ont permis de mieux appréhender ce ministère.  Ils ont répondu positivement car, affirment-ils « les missions du diacre dans le monde nous semblaient correspondre à notre projet de vie, car cette "aventure" résonnait dans nos cœurs comme une vérité dans notre chemin de Vie, car nous en étions simplement heureux.

Suivre la formation en couple est essentiel pour avancer ensemble, et le terme de cheminement nous semble approprié. La formation alterne judicieusement de moments d'enseignements, de réflexion, de partages, de discernement, de prières, ce qui nous a permis d'avancer tranquillement, et a aussi fait grandir et évoluer notre Foi. La formation en groupe permet de bons moments d’échanges, de discussions, de convivialité. L’accompagnement en équipe a été très précieux pour aborder toutes les facettes de nos vies et du diaconat, et de cerner leur articulation. Certaines questions ne sont pas toujours plaisantes ou faciles, mais elles nous ont obligé à réfléchir, à nous confronter, à aller plus loin dans la Foi, à essayer de mieux ressentir si les missions du diacre pouvaient nous convenir. L'investissement des équipes d'accompagnement est énorme, et il faut les en remercier ! C’est difficile de trouver du temps pour être disponible de corps et d’esprit à la rencontre de Dieu lors de la prière, c’est difficile aussi de garder espoir devant certaines situations. Mais que de joies : de se savoir aimé de Dieu, de donner de l’amour, de témoigner de l’Amour de Dieu et du bonheur, voir Jésus en l’autre ! Le bonheur de vivre chrétiennement le diaconat nous donne une énergie supplémentaire au service de Dieu, de l’autre, dans nos engagements. Nous sommes portés par ce verset de l’évangile de Mathieu : En vérité, je vous le dis, toutes les fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, vous me l'avez fait à moi-même. (Mat 25,40) »

Propos recueillis par Maryse Masselot

Lire aussi