ENCOURAGER ! ENCOURAGER !

  • Mise en ligne : 01/04/2019
photo-1458891216473-4f26bb4eb40e

Lettre diocésaine d'avril 2019

Quand vous rencontrez des contemporains œuvrant en faveur du bien commun, encouragez les !
Quand vous entendez des affamés de justice, de paix, de dialogue, encouragez les.
Quand une personne souffrante reçoit votre visite, encouragez la.
Quand un frère vous livre son angoisse  ou sa blessure, encouragez le.
Quand un ami est dans la nuit, encouragez le.
Quand un être épris de conversion vous ouvre son cœur, encouragez le.
Quand un catéchumène vient à vous  dans toute la fraîcheur de sa foi naissante, encouragez le.
Quand quelqu’un vous exprime  son désir d’apprendre à prier, encouragez le.
Quand un humble acteur d’Eglise est aujourd’hui à sa mission dans une remarquable fidélité, encouragez le.
Quand des communautés toutes petites vous signifient leur flamme, encouragez les.
L’encouragement : service  éminent,  si bien décrit et incarné par les apôtres.
L’encouragement : vif désir, et immense besoin dans l’aujourd’hui de la société et de l’Eglise.
L’encouragement : une urgence, un baume, un signe de fraternité devenant contagieux dès qu’il est offert.
L’encouragement, attitude espérante donnant à toute personne de puiser en elle le meilleur de ce que Dieu attend de son itinéraire humain.
L’encouragement, humilité empreinte de réciprocité, car nul ne peut dire qu’un jour il n’en aura pas un criant besoin pour lui-même.
L’encouragement se recevant du Christ, afin que tous aient connaissance de son Amour.
De siècle en siècle, de personne à personne, de communauté à communauté, l’encouragement évangélique est à annoncer et propager comme message pascal au cœur des ténèbres.
Ne l’oublions pas : toute la vie du disciple du Christ en est animée.
Nul ne « tient debout » sans cette flamme fragile à raviver sans cesse.
Dès les premiers temps du christianisme, un discernement extrêmement crucial affectait les croyants. Les délégués du Concile de Jérusalem « apportèrent longuement, de vive voix, encouragement et soutien » à la communauté d’Antioche. Leur message fut « une joie par l’encouragement qu’il apportait » (Actes 15)
Que cette transmission fraternelle anime nos cœurs en ces semaines qui nous préparent à la Pâque de Jésus.
Que l’encouragement soit une marque d’estime, de respect, d’amour.
Que l’encouragement soit vivifiant et théologal en nous et pour tous : devenons porteurs d’une Pâque plus forte que tout désarroi.
Sainte et fraternelle préparation pascale à vous tous qui nous faites l’amitié de lire nos supports diocésains de communication.
Voici venir la Pâque de Celui qui aime jusqu’au bout...

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde