Le dialogue, tout un défi

  • Mise en ligne : 23/01/2018
DSC_2447

Dialogue ou conversion ?

Le père Pascal Dame, délégué diocésain du dialogue interreligieux, définit ce qu’est le dialogue, ce qu’est l’interreligieux, et ce qu’ils ne sont pas.

Dialoguer, c’est respecter et écouter les autres, leurs convictions et croyances, leur foi, tout en disant en quoi et en qui je crois.

Dialoguer ce n’est pas renoncer à sa foi et prendre la voie du syncrétisme, en affirmant que les religions
se valent. L’Église estime qu’il n’y a pas de contradiction entre l’annonce du Christ et le dialogue interreligieux. Le Christ a bien dit : “Je suis la voie, la vérité et la vie” (Jean 14, 6).

Le dialogue est fécond lorsque j’approfondis ma foi par l’écoute, la prière, l’eucharistie, l’étude des textes de la Bible, la solidarité envers les plus pauvres, l’ouverture à la foi de l’autre tout en suivant le Christ. L’humilité, ce n’est pas l’effacement.

La conversion est un coeur à coeur entre chaque personne et Dieu. L’Esprit travaille tout être humain, pour peu que ce dernier, de manière mystérieuse, se laisse à son tour touché par la miséricorde. Si je ne suis pas responsable de la conversion de l’autre, je suis en revanche responsable de la manière dont je témoigne de l’amour du Christ pour toute l’humanité : en priant, en aimant, en partageant et en pardonnant.

L’interreligieux n’est pas le multireligieux ni le transreligieux.

Dans le multirelationnel, on ne se rencontre pas.

Le “transreligieux” serait plutôt un melting pot des différentes confessions. Dans l’interreligieux, nous sommes invités à apprendre à vivre la communion en respectant les différences.
À apprendre comment je me laisse transformer par l’autre tout en restant moi-même dans ma foi au Christ et à l’Église.

Lutter contre l’ignorance et les amalgames
Par la rencontre, on lutte contre le choc des ignorances. Sur Roubaix, où il y a six mosquées et cinq pagodes bouddhistes, des chrétiens rencontrent régulièrement des musulmans et des bouddhistes.

4 niveaux dialogue 4 niveaux dialogue  

Face à l’instrumentalisation du fait religieux
Nous sommes souvent confrontés aux extrémismes laïc, catholique et musulman. On parle de guerres de religion pour justifier des intérêts politiques et économiques personnels. Les religions sont instrumentalisées alors qu’elles sont facteurs de paix et d’amour. En Irak, des chrétiens sont persécutés, mais des musulmans aussi le sont.
Il y a eu un appel de tous les représentants musulmans de France pour dénoncer ceux qui commettent des attentats terroristes au nom de l’islam.

Notre Seigneur ne nous demande pas d’utiliser la violence par des actes ou des paroles envers ceux qui pensent et croient autrement, mais d’entrer dans une dynamique de foi qui est la joie de croire, d’aimer et d’accueillir.

Père Pascal Dame

Lire aussi