Dieu vous appelle ! Mettez le reste en attente !

  • Mise en ligne : 23/03/2018
Sans titre-8

Appel pour vivre la semaine sainte

La semaine sainte, du dimanche des Rameaux au samedi saint (du 25 au 31 mars), c’est la grande semaine, comme disait Charles Péguy, où l’on vit en grande proximité avec Jésus qui donne sa vie pour tous les hommes. Là nous sommes renouvelés, nous venons et revenons à la source, au baptême : le rappel de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, la messe chrismale où sont bénies et consacrées les huiles pour les sacrements, et au cours de laquelle les prêtres renouvellent leurs engagements, la célébration de l’institution de l’eucharistie le jeudi saint, l’office de la croix le vendredi, et pour certains le chemin de croix, la célébration de la Résurrection dans la nuit pascale et encore le dimanche de Pâques: toutes ces célébrations vécues dans la communion de l’Église nourrissent notre foi.

Mais nous ne pouvons pas les vivre sans nous y préparer, sans les laisser retentir au fond de notre vie; nous avons besoin du silence, du jeûne des activités et des écrans, de la méditation des récits évangéliques de la Passion, de la disponibilité au Maître de nos vies.

Du 25 au 31 mars : réduisons le tourbillon de nos vies, tournons-nous vers le Seigneur.

Les célébrations de la semaine sainte sont vraiment faites pour tous les chrétiens. Et la messe chrismale du mardi 27 mars à 19h à la cathédrale, est ouverte à tous, venant de tout le diocèse: enfants, jeunes, adultes, personnes avec un handicap, malades, laïcs, prêtres, diacres, religieux, religieuses...

† Laurent Ulrich


Que célèbre-t'on lors de la semaine Sainte ?

  • Mardi saint, durant la messe chrismale l’évêque bénit les autres huiles saintes et consacre le Saint Chrême. Cette huile servira dès les baptêmes de Pâques puis tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre. Prêtres, diacres et fidèles sont invités largement à cette célébration qui manifeste l’unité de toute la communauté diocésaine autour de son évêque.
     
  • Le Jeudi Saint, l’Église célèbre la messe « en mémoire de la Cène du Seigneur », puis le Saint Sacrement est déposé au « reposoir », l’autel est dépouillé, la croix est enlevée et voilée. Tout ce dépouillement : le Christ est entré dans sa passion, dépouillé de tout. C’est une nuit d’adoration, les fidèles s’unissent à la prière du Christ ce soir-là, en veillant auprès du Saint-Sacrement (le pain et le vin consacrés au cours de la messe) jusque tard dans la nuit.
     
  • L’office du Vendredi saint, appelé « célébration de la Passion du Seigneur », est centré sur la proclamation du récit de la Passion. Il est proposé aux fidèles un Chemin de croix qui suit les étapes de la Passion du Christ.
    Trahi par son disciple Judas, le Christ est arrêté. Il est accusé de semer le désordre par ses enseignements et surtout d’usurper le titre de Messie, c’est-à-dire de Fils de Dieu envoyé pour sauver les hommes. Interrogé par Ponce Pilate (gouverneur romain de la région), flagellé par les soldats, Il est condamné à être cloué sur une croix – supplice alors réservé aux criminels. Chargé de la croix, le Christ gravit la colline du Golgotha (littéralement « Mont du crâne », autrement appelé « Calvaire ») et tombe plusieurs fois d’épuisement. Crucifié, Il expire au bout de quelques heures. Descendu de la croix par ses proches, Il est enveloppé dans un linge blanc (le « linceul ») et mis au tombeau.
     
  • La célébration de la fête de Pâques est l’occasion pour les chrétiens de renouveler leur profession de foi baptismale. C’est la raison pour laquelle les adultes demandant le baptême (les catéchumènes) sont baptisés dans leurs paroisses pendant la Vigile pascale. Le cierge pascal, symbole de la présence du Christ, est alors allumé et brillera du dimanche de Pâques à celui de la Pentecôte. La Résurrection du Christ est l’accomplissement des promesses faites par Dieu à son peuple. C’est pourquoi la fête de Pâques, célébrée par une messe solennelle, est le sommet du calendrier liturgique chrétien. Ce jour d’allégresse est marqué dans les églises par la couleur blanche ou dorée, symbole de joie et de lumière.
Lire aussi