Confinement : ordonner son temps

Une religieuse cloîtrée propose quelques repères pour retrouver un certain équilibre. Témoignage de soeur Odile Gruson, Bernardine au monastère Notre-Dame de la Plaine (à Saint-André)

Mon frère qui ne manque jamais d’humour m’envoyait un SMS au début du confinement pour me dire : « Maintenant tu ne fais plus exception : tout le monde est cloitré ! »

La vie monastique est une vie équilibrée et le fait de devoir s’arrêter pour tout un chacun permet peut-être de retrouver cet équilibre…

Equilibre entre temps de travail et temps de détente : la vie monastique est une vie relativement bien réglée ; nous ne faisons pas n’importe quoi n’importe quand. En ces jours, il peut être profitable de se fixer à l’avance des heures de travail et des heures de détente.

Equilibre entre parole et silence : quand on vit toujours ensemble, comme en communauté, il est bon d’avoir des temps de silence, de solitude et d’autres moments pour se rencontrer, bavarder gratuitement… En communauté, le silence est important mais la parole aussi : savoir se parler pour éviter qu’une petite chose prenne trop d’importance, danger bien connu quand on vit ensemble tout le temps !

Equilibre entre solitude et partage… Que ceux qui vivent toujours ensemble respectent le jardin secret des autres. Pour ceux qui sont seuls, pouvoir prendre des nouvelles de l’un ou l’autre par téléphone ou par mail… L’un comme l’autre sont tellement importants.

Vivre ce carême si particulier est peut-être un appel à une intériorité plus personnelle ; Le jour de Pâques, notre joie n’en sera que plus grande. Oui, Christ est ressuscité ! Il est vainqueur de la mort, de toutes nos morts aujourd’hui encore.

Soeur Odile, Bernardine