Comment prier le chapelet et le rosaire ?

  • Mise en ligne : 09/08/2018

Vous n'avez jamais prié ainsi? Laissez-vous guider!

Qu'est-ce que le rosaire ?

Dès le 12e siècle, saint Bernard contribua à développer cette prière à Marie sous la forme naissante du chapelet ou du rosaire. Et Saint Dominique au siècle suivant, en répandit l'usage, prescrivant à ses religieux de porter un chapelet à leur ceinture. La grande peste de 1349, qui ravagea tous les royaumes d'Europe, amena les foules à un surcroît de piété, qui contribua également à l'essor de la piété mariale. Et c'est en fait au siècle suivant que cette prière prit le nom de Rosaire.

Le Pape Pie V engagea l’Église entière à cette prière, face à l'avancée turque qui menaçait l'Europe. C'est ainsi que fut attribuée au Rosaire la victoire décisive de Lépante, en 1571. La fête de Notre-Dame du Rosaire, célébrée le 7 octobre, a été instituée par le Pie V en 1573, pour remercier Marie de cette victoire. Et l'ensemble du mois d'octobre, durant lequel comme au mois de mai, on prie particulièrement la Vierge, est volontiers appelé le mois du Rosaire.

A l’origine, un rosaire comprenait 150 "Je vous salue Marie", qui rappellent les 150 Psaumes. Les 150 "Je vous salue Marie" furent partagés en trois parties, en l'honneur de la Trinité. Puis chaque partie en cinq dizaines, chacune étant précédée d'un Notre Père et suivie du Gloire au Père ou Gloria, en l'honneur de la Sainte Trinité.

Le Rosaire est ainsi une forme de prière répétitive et très simple, durant laquelle on médite sur la place de Marie dans le mystère du salut, pour s'y associer. Cette prière en effet n'est pas pure répétition : elle est méditation, accueil du mystère de Dieu qui touche et rejoint nos vies. Le chapelet ou le rosaire sont ainsi une méditation de l’Évangile, l'accueil pour le croyant, de la vie du Seigneur.
Lire la suite sur croire.com

Comment le prier ?

Le chapelet se dit de la manière suivante 
Après le signe de croix, 
suit un ‘Je crois en Dieu’ (credo),
un ‘Notre Père’,
trois ‘Je vous salue Marie’,
un ‘gloire au Père’.
Puis, un ‘Notre Père’
suivi de dix ‘Je vous salue Marie’,
que clôture un ‘gloire au Père’. Ceci constitue « la dizaine », en
référence aux dix ‘Je vous salue Marie’. Ce caractère répétitif est
favorable à l’aspect méditatif et contemplatif.

rosaire rosaire  

Le chapelet et les mystères

Chaque jour de la semaine, on peut prier le chapelet en méditant plus particulièrement certains évènements de la vie du Christ, un par dizaine, un peu comme « Marie gardait et méditait toutes ces choses dans son coeur ».

Voici les différents mystères
Les mystères joyeux (annonciation, visitation, nativité, présentation au temple, vie cachée à Nazareth)
Les mystères douloureux (agonie de Jésus à Gethsémani, la flagellation, le couronnement d’épines, le portement de croix, la crucifixion)
Les mystères glorieux (résurrection, ascension, pentecôte, assomption de Marie, couronnement de Marie dans le ciel) Depuis quelques années, Jean Paul II y a ajouté:
Les mystères lumineux (baptême du Christ, noces de Cana, prédication de Jésus, transfiguration, institution de l’Eucharistie) Ces mystères sont dits « lumineux », car ils font référence à la prédication du « Christ, lumière du monde ».

Lire aussi