Bataille de Verdun

  • Mise en ligne : 19/07/2017
verdun

Un prêtre nous en parle

Le père Jérôme Vanderschaeve nous parle de la bataille de Verdun, et des chemins de conversion que nous avons à faire.

"Un million de morts à Verdun… Des jeunes qui arrivaient des quatre coins de la planète, des soldats qui ne savaient même pas où ils étaient. Ils ont vécu un véritable enfer, certains pour quelques jours, d’autres pendant plusieurs semaines. La bataille s’est arrêtée faute de soldats, mais il n’y a eu ni perdant, ni gagnant… et l’on dit que Verdun n’a servi à rien.

Je suis allé plusieurs fois à Verdun. Là-bas, plein de souvenirs remontent… Mon grand-père a été blessé à 19 ans à Verdun. Il est resté huit heures sur le champ de bataille à attendre les secours. Et des années plus tard, combien de nuits remplies de cauchemars, à entendre ses copains crier, appeler leur mère ou sainte Thérèse… Et ensuite le silence… Combien de fois me l’a-t-il raconté !

C’est aussi un pèlerinage de prière pour la paix. Il n’y a pas de paix possible sans pardon, sans reconnaissance des torts faits à l’autre, sans justice. Tant qu’une grande partie de la population mondiale meurt de faim, qu’il n’y a pas de «partage du gâteau», aucune paix n’est possible. Faire la paix, c’est accueillir l’autre comme un frère, croire en l’autre quel qu’il soit et accepter qu’il ait les mêmes droits que moi.

Il n’y a pas de paix sans conversion. Nous avons tous des conversions à faire. Se laisser conduire par Jésus, c’est un chemin de conversion, pour tous."

"Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix". St François d'Assise

Lire aussi : Centenaire pour la paix, du 18 au 22 avril 2018

logo Faites la paix
www.faiteslapaix.org

Lire aussi
A vivre aussi
Agenda