Attentats de l'été 2016 - Des moments douloureux qui ouvrent à l'espérance

  • Mise en ligne : 06/08/2016
Sans titre-2

Communiqué de Mgr Ulrich, archevêque de Lille

Des moments douloureux qui ouvrent à l'espérance

Nice et St Etienne du Rouvray, pour ne parler que des derniers attentats, sans oublier Munich et Kaboul qui sont plus éloignés de nous : oui ces moments sont douloureux, mais ne nous laissent pas désemparés. Il me semble que, malgré cette grande douleur, nous savons où nous sommes et que nous pouvons en donner le témoignage. Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, en célébrant les obsèques du père Hamel, a exprimé cela dans  une grande paix.

Devant cet événement tragique, nous ne pouvons oublier ni les fragilités de l’existence, ni la confiance de l’espérance, ni l’incandescence du monde qui se répand à l’allure que nous constatons.

1. La vie est fragile et nous croyons que nous sommes dans la main de Dieu ; les événements que nous vivons peuvent bien imprimer leur marque en nous, certains nous réjouissent, tandis que d'autres nous bouleversent, mais nous les vivons de plus en plus dans une confiance résolue en Dieu, à la suite de Jésus.

2. Jacques Hamel avait donné sa vie, il y a des années de cela, et il l'avait fait, comme tous les prêtres, sans penser à une issue dramatique. Mais il a découvert au fur et à mesure que le don de soi implique le détachement de soi, au prix d'un combat intérieur et quotidien. Sa vie et le don qu'il en a fait peuvent être un appel formidable auprès de ceux qui cherchent un véritable sens à leur existence, au delà du vide d'espérance au milieu duquel nous vivons.

3. Des responsables musulmans, avec leurs communautés, ont fait un pas supplémentaire en exprimant qu'ils sont français d'abord, en demandant à nous rejoindre lors de la messe du 31 juillet, en montrant qu'ils ne veulent pas de ces terroristes chez eux. Ces démarches sont importantes et elles marquent la fraternité que nous voulons vivre ensemble. En premier lieu, nous sommes liés par la commune naissance : nous sommes d'abord des hommes et des femmes qui se reconnaissent comme des humains qui ont tous la même dignité – ensemble nous sommes résidents et citoyens d'un même pays, dont nous partageons le destin. En second lieu, puisque nous sommes croyants, eux et nous, nous nous reconnaissons frères, fils et filles du Créateur de l'univers, du Père clément et miséricordieux de tous les hommes.

4. Il nous faut poursuivre dans la voie de la rencontre, de la parole échangée. A Cracovie, où j’ai rencontré beaucoup de jeunes (parmi lesquels les 1000 de Lille), l’émotion était grande, et sollicitait des réponses aux questions, aux inquiétudes. Nous pouvons annoncer la miséricorde de Dieu et la répandre à notre tour, à l'encontre de l'esprit de haine et de vengeance. C'est la tâche nécessaire et présente.

Que le Seigneur nous donne, en ce temps de vacances, le repos de l'esprit et du cœur en Lui, et qu'Il refasse nos forces, dans sa paix.
 

† Laurent Ulrich, Archevêque de Lille
6 août 2016, fête de la Transfiguration

A vivre aussi
novembre 2017
décembre 2017
janvier 2018
février 2018
mars 2018
avril 2018
mai 2018
juin 2018
juillet 2018
août 2018
septembre 2018
octobre 2018