40 ans du CIPAC

  • Mise en ligne : 27/06/2018
cipac-40-ans-portes-ouvertes-204879_2

Centre de formation des animateurs en pastorale à Lille.

Jeudi 14 juin, c’était portes ouvertes au CIPAC (Centre Interdiocésain de formation Pastorale et Catéchétique), qui fêtait ses 40 ans. Au cours de la journée, les personnes présentes ont pu découvrir le centre à travers des ateliers, la visite des locaux, des partages conviviaux, ainsi que des échanges avec l’équipe d’animation. La célébration eucharistique de clôture, était présidée par Mgr Hérouard, évêque auxiliaire du diocèse de Lille.

 

A cette occasion Philippe Barras, son directeur pendant 12 ans, nous parle de l’histoire et de l’évolution de ce centre.
C’est en 1978 que les statuts du CIPAC en tant qu’organisme de formation reconnu ont été déposés, mais les premiers signes précurseurs existaient bien avant. Dès 1959, l’abbé Vermeersch avait souhaité proposer des modules de formation pour catéchistes ; en 1962 c’est la création d’une École de catéchistes, puis les trois diocèses du LAC se sont associés pour fonder un centre de formation pastorale et catéchétique qui prendra le nom de CIPAC en 1973.

A travers ces années, les fondamentaux et les objectifs n’ont pas beaucoup changé. En 1978, pour MGR Deldicque, il s’agissait de rejoindre des publics différents, à la fois des religieux, religieuses, et des laïcs « pour les aider à avoir un sens aigu de la responsabilité dans l’Église » par une formation solide, « à la fois fondamentale et préparant à l’action ». Les diocèses se disant prêts à investir pour cela. L’enjeu, en 1978 comme encore aujourd’hui, est « de se situer au carrefour où se rencontrent les questions posées à l’Eglise et à la foi, dans notre société ». Il s’agit de « former des personnes présentes au monde et fidèles à l’Évangile ; des collaborateurs et pas seulement des exécutants des prêtres.

Le CIPAC offre : 

  • Une formation d’adultes qui s’appuie sur l’expérience des personnes, et qui n’est pas seulement descendante.
  • Une formation qui développe la pratique de la relecture d’expérience (mise en récit et discernement).
  • Une formation qui appréhende les diverses réalités de l’Église et travaille à leur mise en relation.

Si ces caractéristiques n’ont pas beaucoup changé depuis 1978, les manières de faire ont, elles, beaucoup évolué. Depuis 2 ans, on ne parle plus d’étapes, mais de cycles, distincts. Tout le monde ne va pas jusqu’à l’habilitation, et les parcours sont variables selon les personnes et les besoins ecclésiaux. Le public est très varié, avec cependant beaucoup de personnes « repérées » parce que très investies dans l’une ou l’autre pastorale (mouvements, services, catéchèse, etc…).

Le CIPAC se prépare à une évolution majeure qui sera opérationnelle en septembre 2019. Les Evêques souhaitant la création d’un pôle de formation missionnaire commun au 1er cycle du séminaire, aux personnes en formation au CIPAC, et à d’autres personnes en lien avec la faculté de théologie et le Service de Formation des chrétiens.

 

Cathy Baudelle, aumônier d’hôpital, fait partie de l'équipe d’animation du CIPAC

Baudelle Baudelle  « J’ai 35 ans, je suis mariée, j’ai 2 enfants. C’est le Père Réniers, vicaire Episcopal, qui m’a proposé de suivre la formation du CIPAC, car j’étais très impliquée en catéchèse dans mon doyenné, Haubourdin-Weppes. J’ai suivi la formation en 5 ans, pour en sortir avec une mission pour la catéchèse et la pastorale de la santé.
Après 9 ans passés en catéchèse, j’ai senti qu’une page se tournait et qu’il était temps de passer à autre chose. J’en ai parlé à mon responsable de service et j’ai finalement reçu un appel à rejoindre l’équipe d’animation du CIPAC, tout en restant aumônier à Jeanne de Flandre, en accompagnement des deuils périnatals.
J’ai pris le temps de bien discerner cette proposition, véritable choix de vie, décidé en famille. C’est bien sûr me reconnaitre formatrice mais aussi le souvenir d’une maison fraternelle, de bons moments passés, et d’une formation qui m’a apporté énormément. J’anime quelques ateliers et cours, notamment de « conduite pastorale ».

Dans l’équipe d’animation, on prend soin des uns des autres, on se soutient, nous formons une véritable communauté.
Ce que j’apporte aux CIPACIENS, c’est sans doute mon regard sur la santé. J’ai toujours à cœur de regarder si des personnes ne sont pas en fragilité, voire en souffrance. Le bien-être de chacun, c’est fondamental. J’essaie aussi de repérer celles et ceux qui pourraient être appelés en pastorale de la santé. Quelle belle mission, que d’être témoin de ce que Dieu appelle chacun à vivre ! »

 

Mathieu Verschilde, 27 ans, Mérignies, est en formation au CIPAC. 

Verschilde Verschilde  " Au plan professionnel, j’ai d’abord été infirmier, et je suis maintenant en formation pour devenir animateur en pastorale. Ça fait plus de 10 ans que je suis engagé en Aumônerie de l’Enseignement Public (AEP). J’ai par ailleurs fait partie de l’aumônerie étudiante Frassati. Après 4 ans passés en tant que jeune permanent (job étudiant), la responsable diocésaine des AEP m’a proposé de suivre la formation du CIPAC. J’ai eu envie d’accepter pour approfondir ma foi. Je voulais me former afin de pouvoir vivre au mieux ma mission. C’est un vrai choix de vie, décidé avec mon compagne, de pouvoir mettre le Christ au centre de ma vie.

Au niveau de mon parcours au CIPAC, je suis dans ma 5ème année, ce qui correspond à la dernière année de cycle long. C’est une formation intéressante, à tous les niveaux, théoriques et aussi pratiques. C’est aussi la joie de pouvoir partager mon expérience avec d’autres missionnés qui viennent d’horizons différents. Des rencontres importantes qui me renforcent dans ce choix de devenir animateur en pastorale. Cette formation est prenante et enrichissante, mais c’est parfois difficile d’allier mission, cours, et vie privée. "

 

Cécile Acquette, 47 ans, Doyenné des Hauts de Lys est animatrice en pastorale. 

C Acquette C Acquette  « J’ai été nommée officiellement en 2015 pour le Service Diocésain de la Catéchèse (SDC), dont je suis référente dans mon doyenné. Mais en fait, je suis « sur le terrain » depuis plus de 17 ans. Je fais partie du bureau du Service Diocésain de la Pastorale Sacramentelle (SDPLS). Ma mission est multiple : accompagnement des enfants en âge scolaire vers les sacrements, formations aux modules du caté, aux célébrations de la Parole, aux funérailles, etc. Au CIPAC, pour mon grand plaisir (que j’espère partager) je participe aux ateliers de Liturgie.
C’est le Père Yves Billaut, qui m’a appelée, alors que j’étais catéchiste pour mes enfants. Le support de l’époque, c’était « la roulotte », et quand les modules ont pointé leur nez, le Père Billaut a pensé à moi ! J’ai très vite répondu oui ! Un choix de vie décidé en famille.

De ma formation au CIPAC, je retiens plusieurs choses : le côté enfant qui sommeille en chacun de nous, remontait très (trop?) souvent à la surface ! Nos référents ont eu beaucoup de patience ! Et nos aînés dans la foi, une réelle confiance ! De belles et réelles amitiés au sein de notre promotion, qui perdurent encore aujourd’hui. Il a fallu se remettre aux devoirs, bouquiner, faire preuve de créativité, d’audace parfois, mais toujours en équipe. Une formation qui se réactualise et se renouvelle sans cesse. Je suis portée par cette phrase d’Evangile : Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. (Matt 28,19).
Si vous êtes appelés : Foncez ! »

 

En septembre 2018, l’équipe d’animation serait en partie renouvelée avec, entre autres, la nomination d’une nouvelle directrice : Florence Ducroiset, qui vient du diocèse d’Arras.

 

 

Lire aussi
A vivre aussi
Agenda